Arretsurimages.net
 
 
Daniel Schneidermann | Fondateur d'@rrêt sur images



Un manège à Hénin-Baumont (Arrêt sur images)

Passons aux choses sérieuses. Depuis mercredi, on dresse sur les places de Hénin-Beaumont les attractions de la ducasse. Autotamponneuses, grand huit et barbe à papa : on va enfin s’étourdir d’autre chose que de scandales. Les camarades communistes l’ont gentiment expliqué à Mélenchon à son arrivée : pas question de prévoir des meetings le jour de la ducasse, de la fête des mères, et des communions. Après un moment de surprise républicaine et laïque, il paraît que l’ovni l’a accepté. Ça vaut mieux pour lui.

Les Heninois, depuis toujours, ont des distractions connues d’eux seuls. N’essayez pas de comprendre, vous n’y parviendrez pas. Eux non plus, d’ailleurs, enfin pas toujours. Depuis dix ans, par exemple, les socialistes locaux s’amusent avec un drôle de fusil : le Front national. C’est un fusil qui ne tire pas droit, et se retourne même contre le tireur. Comme à la foire, on ne gagne jamais, mais c’est tellement irrésistible !

 

Le FN, ce fusil vicieux

Voici le déroulement habituel. Prenez des élus socialistes, dans une ville minière sinistrée. Donnez-leur tous les pouvoirs, local, départemental, régional. Faites les bouillir dans une marmite de haine, de toute-puissance, et de corruption. Sur ce fumier, faites croître et embellir une section FN. Que croyez-vous qu’il arrivera ? Que les socialistes ennemis vont se réconcilier, s’unir contre l’ennemi commun ?

C’est tout le contraire, qui s’est passé à Hénin-Beaumont. Le FN, ce parti sulfureux, infréquentable, contre lequel les chefs socialistes nationaux n’avaient pas de mots assez durs, pas de « pacte républicain » assez ferme, le FN a successivement été utilisé par tel ou tel clan socialiste, officiel, dissident, ou néo-dissident, contre le clan concurrent. Les mêmes qui l’insultaient en public le cajolaient en douce. Tous ont tenté d’utiliser le fusil vicieux contre les chers frères ennemis. Et jusqu’à maintenant, l’arme s’est toujours retournée contre eux.

 

Pizza party conspirative

Quelques épisodes. Avant les élections municipales de 2008, France 3 Nord organise un débat entre les quatre principales listes. Socialistes dissidents et frontistes ont un intérêt objectif : battre le maire sortant, Gérard Dalongeville, contre lequel s’accumulent rumeurs et rapports alarmants