Sur FRANCE CULTURE

 

10.05.2013 - 18:15 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

L’Argentine a longtemps été appelée le « grenier du monde ». Aujourd’hui, le pays compte presque 24 millions d’hectares de cultures transgéniques, soit plus que la superficie totale de la Grande-Bretagne. Du maïs, du coton, mais surtout du soja. L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile et de farine de soja, le troisième producteur de graines. Ce soja transgénique nourrit le bétail européen et chinois, et remplit les caisses de l’Etat. C’est même l’une des principales richesses du pays.

 

 

Des Argentins dénoncent les méfaits du Roundup, l'herbicide de Monsanto.
MARINE DE LA MOISSONNIERE © Radio France
 

Pourtant, des Argentins s’élèvent contre la fièvre de l’or vert. De simples citoyens, des mères de famille, des étudiants qui dénoncent plus généralement les OGM et les pesticides qui rendent malades, qui tuent parfois.

 

En cause notamment, le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette de Monsanto, le géant américain. Chaque année, 200 millions de litres de glyphosate sont utilisés en Argentine, et plus de 10 millions d’Argentins y sont exposés.

 

Dans la province de Córdoba, l’une des principales régions agricoles d’Argentine, au centre du pays, dans les villes de  Barrio Ituzaingo Anexo et de Malvinas Argentinas, des habitants se mobilisent.

 

« La révolte argentine contre Monsanto », c’est un Magazine de la rédaction signé Marine de La Moissonnière et Annie Brault.

 

 

BONUS

Medardo Avila Vazquez, pédiatre et ancien élu local : "Les autorités argentines, tant nationales que provinciales, sont complices."

Champ en Argentine MARINE DE LA MOISSONNIERE © RF

 

 

Dans leur lute contre Monsanto, les habitants de Barrio Ituzaingo Anexo peuvent compter sur le soutien d'avocats, de scientifiques et de médecins.

 

Parmi eux, le docteur Medardo Avila Vazquez.

Néonatologue, il es