Sur GAUCHE REPUBLICAINE

Economie

 

Lundi 11 novembre 2013
Par Bernard Teper
Co-animateur du Réseau Education Populaire.
Auteur avec Michel Zerbato de « Néolibéralisme et crise de la dette ».
Auteur avec Catherine Jousse et Christophe Prudhomme « Contre les prédateurs de la santé ».
http://wwww.reseaueducationpopulaire.info

Dormez, braves gens, l’oligarchie s’occupe de tout !
Elle s’occupe même de promouvoir l’idée que son but serait le retour de la croissance et de la prospérité. Un mensonge de plus.


En réalité, son seul but est de se reproduire, et à cette fin elle doit faire se reproduire le système, ce qui passe par la restauration du profit. La profitabilité des entreprises étant en berne, le capital s’est financiarisé, mais les bulles financières éclatent, et l’augmentation des profits se fait de nouveau classiquement par la baisse des salaires, socialisés et directs, (pudiquement parlant, la dévaluation interne), avec le secours de l’accroissement de la dette publique. La violence de la lutte des classes à l’état pur.
L’oligarchie s’occupe à faire croire que son but est de diminuer la dette publique et il y en a qui le croient ! 
La France va bientôt avoir une dette de 100 % de son PIB. La Grèce est passée d’une dette de 130 % du PIB en 2009 à 157 % en 2012 et 175 % en 2013 ! Le chômage grec est passé de 12,6 % en 2010 à 27 % en 2013 ! Et ce n’est pas fini ! En Espagne, 10 % des familles ont tous leurs membres au chômage !

La masse monétaire augmente fortement aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Chine, au Japon. Cela nourrit de nouvelles bulles, en poussant à la hausse des prix de l’immobilier et des actions. Mais dans le même temps, la croissance est atone aux États-Unis et en Europe, et plus faible qu’habituellement dans le monde : la crise réelle est toujours là. En Europe, la BCE assure aux banques privées et à leurs actionnaires des gains faciles, en les refinançant à moins de 1% pour prêter à la Grèce à près de 5 % sur trois mois ! Est-ce que cela peut durer comme cela longtemps ? Rien n’est moins sûr !

Et pendant ce temps, la zone euro s’élargit. Au premier janvier 2014, avec l’entrée de la Lettonie, nous y compterons 18 pays . Cet élargissement est du rabiot de pain bénit pour l’oligarchie et le patronat : voilà un supplément