"Pas du tout, c'est Chavez qui parlait comme nous." Superbe.
L'Amérique du Sud devient un modèle de démocratie et de résistance à l'impérialisme otanesque nazifiant.

 

 

Sur MEDIAPART

 

"Depuis de mois à la tâche: désapprovisionnement contrôlé, sabotages électriques, insécurité... plus les erreurs propres de la part du gouvernement... En somme, le même scénario préparé pour Allende avant le coup d'état de 1973.

C'est Roger Noriega qui écrivait depuis les Etats Unis la thèse du "collapse total" qui viendrait conclure, lorsque la situation deviendrait insoutenable, le débarquement de soldats étasuniennes..."

http://interamericansecuritywatch.com/author/roger-noriega/

 

C'est que le Venezuela a trop de pétrole! dit à ce propos l'auteur du blog "Comiendo tierra" publié sur Publico.es commentant les élections municipales que le parti de Maduro a remportées dans la journée d'hier:

http://www.comiendotierra.es/2013/12/09/ganar-sin-chavez/?src=lmFp&pos=3

Voici quelques extraits de cet article:

 

"En avril dernier, Maduro gagna avec 1,5% sur Capriles, cette fois, hier donc, c'est avec 6,5% qu'il remporte les élections municipales. C'est presque la distance avec laquelle Chavez gagnait les élections...

(...)

L'opposition a gagné plusieurs grandes villes, Maracaibo, San Cristobal, Barquisimeto ou Valencia, sans oublier Barinas, ville de l'état de naissance de Chávez - même si la différence en pourcentages dans ces villes est minimale -

Mais plus du 70% des municipalités est habillé ce matin de "rouge"...

Maduro est encore parvenu à renverser les espoirs de Capriles ((et donc de Noriega). La "Mesa de la Unidad" compte déjà quatre déroutes, les deux dernières sans Chavez. Si ciel ou enfer existaient, le Comandant serait en train rire...

 

5228358w.jpg

(...)

Maintenant, comme toujours, c'est au peuple d'apporter ses solutions.

Lors d'une discussion dans le quartier de San Agustin, une dame lance à une autre :"Mais enfin, tu parles comme Chavez" ce à quoi l'interpellée répond: "Pas du tout, c'est Chavez qui parlait comme nous.""