Me Henri Leclerc défend l'ancien patron du FMI dans l'affaire Tristane Banon. Aujourd'hui, il s'engage auprès de la maire de Lille.


Aubry a dévoilé son équipe de campagne mardi. Une équipe constituée de binômes. Dans chaque secteur, un politique collabore avec une personne issue de la société civile. À la justice, ils sont même trois : l'ancienne garde des Sceaux Élisabeth Guigou et l'élue de Paris Marie-Pierre de La Gontrie travailleront avec un ténor du barreau, Me Henri Leclerc.

Le même Me Henri Leclerc qui est actuellement plongé dans un dossier aussi médiatique que délicat : l'affaire Tristane Banon. Il est en effet le défenseur de... Dominique Strauss-Kahn. C'est lui qui a annoncé la semaine dernière le dépôt d'une plainte pour dénonciation calomnieuse contre la jeune journaliste qui accuse l'ancien patron du FMI de tentative de viol.

 

Militant depuis toujours

 

"Jean-Louis Brochen (époux de Martine Aubry et avocat lillois à la retraite, NDLR) le connaît très bien. C'est au défenseur des droits de l'homme que nous avons demandé de faire partie de l'équipe de campagne. Nous ne confondons pas avec les affaires qu'il traite", nous promet un membre de l'entourage proche de Martine Aubry. Me Leclerc a en effet été président de la Ligue française de droits de l'homme de 1995 à 2000.

 

Marie-Pierre de La Gontrie appelle toutefois à ne pas "réduire" Me Henri Leclerc "à l'avocat de DSK". Le pénaliste, aujourd'hui âgé de 77 ans, a à son actif la défense de clients célèbres, de Richard Roman à Florence Rey ou plus récemment Véronique Courjault. "Il a toujours été très militant, toute sa vie", rappelle-t-elle. Il défend aujourd'hui les intérêts de DSK et s'engage auprès d'Aubry. Tout un symbole après la rupture contrainte du pacte entre les deux socialistes, liés aujourd'hui par "l'amitié".