Tiens tiens... Un article d'Avril 2014 sur les manipulations du climat comme arme de guerre. Et c'était dans une presse "officielle"!

 

*

La CIA veut prendre le contrôle du (mauvais) temps

 

Pourquoi envahir un pays quand on peut l'inonder ou l'assécher pour le ruiner ? Les États-Unis semblent vouloir faire du temps une arme de destruction massive.

Modifié le 10/04/2015 à 14:43 - Publié le 10/04/2015 à 11:39 | Le Point.fr
Contrôler le climat, la plus redoutable des armes ?

Contrôler le climat, la plus redoutable des armes ? © AFP/ NOAA

S'il pleut tout le temps, c'est la faute des Russes, ou des Américains. Il suffisait d'y penser. Et si c'était vrai ? En matière d'arme de destruction massive, rien ne vaut une bonne vieille catastrophe naturelle... ou pas ! Pour les responsables du renseignement américain, les outils de manipulation du climat, justement imaginés pour combattre les méfaits du changement climatique, peuvent aussi être utilisés dans le but inverse : inonder, assécher, ruiner... Et ils savent très bien de quoi ils parlent. Aujourd'hui, la CIA enquête sur le sujet, et a bien du mal à le cacher. Mais sa préoccupation est claire : la question n'est pas de savoir si l'on peut contrôler les éléments, mais qui est en mesure de le faire, et surtout comment s'assurer que les États-Unis l'emportent ?

Un mystérieux coup de fil

C'est un professeur de la Rutgers University, dans le New Jersey, Alan Robock, qui a vendu la mèche, lors de la conférence annuelle de l'American Association for the Advancement of Science, rapporte le Daily Mail. "Des consultants travaillant pour la CIA m'ont appelé pour savoir si nous serions capables de savoir si quelqu'un d'autre contrôlait le climat mondial. Bien sûr, ils ont aussi demandé : Et si nous contrôlions le climat des autres, est-ce qu'ils le sauraient ?" Le chercheur leur a répondu que l'utilisation à grande échelle de techniques de géo-ingénierie ne pourrait être que détectée. Mais de telles interventions pourraient, une fois révélées, déboucher sur un nouveau conflit mondial. "Si un pays veut contrôler le climat, qu'un autre ne le veut pas, ou s'ils essayent d'abattre des avions... Les conséquences pourraient être terribles", a-t-il ainsi estimé.

Le nouveau projet Manhattan

En soi, l'idée de transformer la météo en arme n'est pas nouvelle. Déjà, en 1959, E. P. Jacobs imaginait dans un album de Blake &